40smgs.jpg

symboliquement mes 40 ans, car à quelques mois près en 1970,

je montais dans une SM pour la première fois, à cette époque. depuis j’ai toujours voulu en avoir une, une vraie.

 

ainsi dès le moment j’ai acheté la SM en 2006, j’ai décidé de manière autocratique,

 qu’en aout 2010

je serais en Allemagne, à GOSLAR am HARZ, lieu ou j’ai découvert la Diva.

 

le périple commençait par un petit détour par le Luxembourg, rendre visite à des amis

lux.jpg

 

puis via la Belgique, direction l’Allemagne et ses autoroutes…

pour ceux qui n’ont jamais été en Allemagne, les autoroutes sont toujours en chantier, en travaux et surtout en réfection, bien sur jamais au même endroit.

ainsi pour contourner Cologne plus de deux heures et une heure pour contourner Göttingen sans soucis de surchauffe grâce au gros ventilateur (ventilateur du refroidiessement moteur), résultat 407 kilomètres dont 379 d’autoroutes en 9 heures au lieu des 4 estimées….

 Image de prévisualisation YouTube

enfin on arrive dans cette magnifique ville, ancienne capitale impériale, ville de la famille Siemens, avec encore sa vielle ville dont les maisons les plus anciennes datent de 1604 bien sur en parfait état puisque la ville est classée a l’Unesco depuis 1992.

markt.jpgmarkt2.jpgpark1.jpgpark2.jpg

fussgang.jpgfontaine.jpg

l’hébergement est familiale dans les pensions typiques, très agréables et chaleureuses.

hexe2.gifpension.jpgpension2.jpghexe21.gif

je profite aussi de l’occasion pour rencontrer le réalisateur du cilp ou l’on voit la SM d’un certain Carsten.

Image de prévisualisation YouTube

Holger accompagnée de son épouse, grande fan du design intérieur de la SM, est également un enthousiaste de Citröen puisqu’il roule tous les jours avec sa GSA Pallas et possède aussi une CX qui attend sa remise en état.

holger.jpggsasm.jpgh2.jpgholger2.jpg

foret.jpg

la séance de photos sur les hauteurs de la ville dans le massif du Harz nous ont permis d’apprécier les sonorités du V6 dans les parties encaissées de la route. dommage qu’il n’y avait pas une équipe de télé de Top Gear pour faire des supers plans avec le son bien mis en valeur…

tout cela étaient les moments heureux du séjour chez nos amis d’outre Rhin.

en effet sur le chemin du retour entre Cologne et Aix la Chapelle, après l’escale repos, la voiture ne tournera plus comme il faut, il manque 3 cylindres a l’appel. impossible de continuer le périple via le Pas de Calais pour rentrer ensuite a la maison.

j’ai donc du rentrer en Thalis en première classe tout de même, puis revenir avec de quoi la rapatrier. durant ce temps, la SM a été hébergée par l’Autohaus Milz & Lindemann ou l’accueil a été le meilleur grâce entre autre a Alexander. de plus c’était aussi la première fois qu’une SM venait chez eux….

plateau.jpgplateau1.jpg

Image de prévisualisation YouTube

mais quel mal souffrait la Diva?

je m’étais vite rendu compte que l’allumage était concerné par la panne, l’aiguille du compte etait atteinte par des mouvements spéciaux

une fois cela marche, une fois cela ne marche pas.  comme par hasard c’est lorsque l’aiguille ne bouge pas que le moteur fonctionne a moitié.

a moitié oui mais je ne le savais pas encore. je croisais les connections des bobines avec les « rupteurs » a l’époque du multic.

a force de chercher de faire trois, quatre fois le tour du systeme, upgrader pour rien enfin si 150€, le multic,

j’ai fini par trouver!

plus C.. , ce n’était pas possible !

je n’ai jamais a pensé a me pencher sur le fil qui part d’une bobine au compte-tours!

et pourtant c’était la première chose que j’avais remarqué…

ce fameux fil qui donne l’information au compte-tours et aussi a la sécurité essence était en court-circuit avec la coque de la voiture,

mais par intermittence, encore plus vicieux..!

pour un morceau de fil de 70cm, mon périple spécial 40 ans a été saboté.